L’incontournable recette du vin blanc chaud de Noël (ou du 8 décembre)

Le mois de décembre a pointé le bout de son nez depuis déjà quelques jours. Et avec lui la période de l’avent a commencé. Si vous ne le saviez pas encore, j’adore cette période de l’année. Parmi toutes les traditions, il y en a une en particulier dont je veux vous parler aujourd’hui. Celle du vin chaud celui de mon enfance, et aussi ma recette de vin chaud préféré.

Le vin chaud : une odeur d’enfance et de fête des Lumières.

Le vin chaud c’est bien plus qu’une boisson. Je ne sais pas vous mais pour moi l’odeur qu’il dégage à des mètres à la ronde m’a toujours beaucoup plus emballée que son goût véritable. Elle est tout simplement irrésistible. Et même si je suis souvent déçue, si je vois écrit « vin chaud » sur une ardoise en rentrant dans un café ou un bar ou en me promenant entre les chalets d’un marché de Noël… je ne peux pas y résister.
Je ne suis pas Lorraine. Chez moi il n’y a pas vraiment de tradition du marché de Noël. A Lyon, nous fêtons le 8 Décembre : la fête des Lumières. Plusieurs jours de festivités où chacun déambule toute la nuit dans toute la ville pour profiter des illuminations et des spectacles de sons et lumières offerts.

Pour moi le vin chaud, c’est ça, l’odeur du réconfort, après plusieurs heures de marche, parfois même sous la pluie, le nez en l’air à en prendre plein les yeux. Enfin s’arrêter pour une petite pause, et déguster quelque chose de chaud pour se revigorer car il y a encore plusieurs kilomètres de marche avant de rentrer à la maison (et oui ! Prendre le métro le 8 décembre pour quitter le centre ville est un véritable parcours du combattant ! Alors souvent on préfère rentrer à pied pour profiter encore un peu).

Le vin chaud : après l’effort le réconfort !

Dans ma famille, le traditionnel vin chaud, nous le prenons sur le chemin du retour après être redescendu de l’amphithéâtre des 3 Gaules en bas des pentes de la Croix Rousse. Nous nous arrêtons en centre ville près d’une des nombreuses tables devant le café où nous attendent les vendeurs ambulants et des grosses marmites fumantes où l’on voit flotter les rondelles d’orange.

Le gobelet tout collant du précieux breuvage quitte alors les mains rougies pour que l’on puisse le saisir. Je me suis toujours demandée si je préférais me retrouver avec mains sans gant dans le froid pour être sure de ne pas les tâchées à tenir le fumant gobelet ou si je préférerai être à la place de celui qui se brûle les doigts à cause de  l’immense louche qui déverse toujours à côté…
Ce vin chaud là, définitivement il n’a pas la même saveur. Il ne ressemblera jamais à celui tout préparé acheté déjà en bouteille qu’il n’y a plus qu’à réchauffer et que l’on boit tranquillement dans son canapé. Ou celui que l’on commande assis sur une banquette moelleuse dans un café.

Ma recette préférée du vin chaud … avec du vin blanc

Je vous propose ici ma recette qui à défaut de me réchauffer les soirs de longue marche du 8 décembre, a au moins le mérite d’être délicieux et d’être aussi bon au goût qu’à l’odeur.
Et oui, si souvent l’odeur du vin chaud achetée dans la rue est alléchante, une fois en bouche c’est souvent une toute autre histoire… et la déception peut parfois être rude.
Le traditionnel Glühwein se fait avec du vin chaud, que je n’apprécie pas particulièrement, c’est lors de ma première visite d’un marché de Noël en Alsace que j’ai découvert l’existence du vin chaud au vin blanc. Une pure révélation !

Pour 1L de vin blanc chaud il vous faudra :

  • une bouteille de 75cl de pinot blanc ou gris
  • 20 cl d’eau
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 étoile de badiane
  • 2 gousses de cardamome vertes
  • 1 orange
  • 1 citron
  • 40g de sucre
  1. Prélever le zeste de l’orange et du citron.
  2. Mettre le vin, l’eau et les épices à frémir pendant 10 à 15 minutes, sans porter à ébullition. Ajouter les zestes et le sucre et laisser frémir encore 5 à 10 minutes.
  3. Servir immédiatement dans les tasses et déguster.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *