Quelques clichés sur le végétarisme

Les clichés sur le végétarisme on la vit dure. Dès qu’on mentionne le mot végétarisme dans une discussion, certaines réactions sont systématiques.

J’ai décidé de revenir sur 5 d’entre elles dans cet article. Bien sûr il en existe beaucoup d’autres. Mais je vais déjà commencer par celles-ci.

J’espère que cet article te donnera quelques clés pour répondre à ces idées reçues. Ou qu’il répondra à certaines de tes questions si  elles t’empêchent de te lancer vers une alimentation un peu plus végétale.

Clichés sur le végétarisme : ce qu’il y a dans l’assiette des végétariens

« Mais qu’est ce que je vais pouvoir manger ? » Voici quelques idées reçus sur les assiettes végétariennes.

Les végétariens mangent du poisson

C’est l’une des idées reçues sur les végétariens que l’on entend le plus souvent.

Etre végétarien ce n’est pas uniquement « ne pas manger de viande ». Les végétariens ne consomment pas de chaire animale. C’est ce que je t’expliquais dans cet article sur le contenu des assiettes des végétariens. Le poisson étant un animal, ils n’en mangent pas.

Si tu doutes de ce que je viens d’écrire, voici la définition du dictionnaire Larousse :

Régime alimentaire excluant toute chair animale (viande, poisson), mais qui admet en général la consommation d’aliments d’origine animale comme les œufs, le lait et les produits laitiers (fromage, yaourts).

Voilà, je ne peux pas dire mieux 😉

Le régime végétarien entraîne des carences en protéines

Je crois que c’est le deuxième cliché sur l’alimentation végétale que l’on croise le plus. La remarque tout en haut de la liste de l’argumentaire contre le végétarisme.

NON : le régime végétarien n’entraîne pas de carence en protéines. Tout simplement parce que quasiment tous les aliments apportent des protéines à l’organisme. En plus ou moins grandes quantité, certes, mais ils en apportent tous quand même (100g de riz apportent 7g de protéines)

La quantité nécessaire de protéines pour un adulte est de 0,83g par kilo. Un homme de 70Kg a donc besoin de 58,1g de protéines par jour.

De plus certains aliments d’origines végétales comportent même plus de protéines pour 100g, qu’un morceau de viande. C’est le cas notamment des graines de lupin (36,2g) , les fèves (26,12g)  ou les lentilles (25,4g). Pour comparaison le poulet contient 28,9g, l’échine de porc 26,2g, et le saumon 25g.

Tu réalises alors que le manque de protéines est un mythe. En France, en 2020, avec une alimentation diversifiée, il n’ y a pas de risque de carences en protéines.

Pour avoir l’intégralité des acides aminés, il faut combiner les sources de protéines végétales. Il suffit pour cela de consommer des légumineuses, des céréales et des graines diverses. Mais il n’est pas nécessaire de faire de combinaison sur un même repas.

Oui, il faut donc bien mélanger les aliments d’origine végétale pour consommer tous les acides aminés. Mais soyons honnête, qui se nourrit d’un seul aliment chaque jour ? Toute alimentation a besoin de diversité pour être équilibrée.

Les végétariens ne mangent que de la salade (l’un de mes clichés sur le végétarisme préféré)

Vraiment c’est mon cliché sur le végétarisme préféré. Celui qui me laisse le plus perplexe.

Non les végétariens ne mangent pas que de la salade. Le régime végétarien comprend : les légumes, les fruits, les céréales, les légumineuses, les oeufs, les produits laitiers. En fait ils ne mangent « juste » pas de la chaire animale.

Et même si on enlève encore les oeufs et les produits laitiers, pour obtenir le régime alimentaire végétalien. La diversité se compte encore en centaine d’aliments.

Comme pour toute alimentation, il y a toujours deux façons de l’envisager. Soit on se concentre sur ce qu’on ne mange pas (version restrictive et pas du tout appétissante), soit on se concentre sur l’ensemble des possibilités qui sont à notre disposition. Et là… il n’y a aucune limite.

Pour ceux qui auraient encore quelques doutes sur la gourmandise possible, voici quelques plats qui peuvent se réaliser en version végétales sans aucun souci :
– Des lasagnes
– Du chili sin carne
– Du couscous
– Des curry
– Les quiches
– Les pizza
–  etc

Plutôt gourmand, n’est ce pas ?

Clichés sur le végétarisme : Les conséquences d’être végétarien

Parfois les craintes ne sont pas sur l’assiette en elle-même, mais sur les conséquences d’un régime végétarien.

Etre végétarien n’est pas compatible avec une activité physique ou sportive

Cette idée-reçue a la vie dure également. L’alimentation végétale est parfaitement compatible avec une activité physique ou sportive intense. Pour preuve, de nombreux sportifs et sportives professionnels ont un régime végétarien, voire même végétalien.

Je ne vais pas faire la liste de tous les grands athlètes végétariens, mais en voici certains.

Surya Bonnaly qui est une très grande patineuse artistique.

Carl Lewis, athlète qui a remporté à plusieurs reprise des médaille d’or lors des championnats du monde d’athlétisme et lors des jeux olympiques.

Scott Jurek sportif de haut niveau et qui a pour discipline l’ultra marathon. Dans l’ultrafond les distance sont supérieures à un marathon, on retrouve les 50Km,  100 Km, voire même des courses de plusieurs jours comme le marathon des sables qui fait 250 Km en 6 étapes.

Et pour des personnes avec des carrures plus imposantes, je peux mentionner Patrick Baboumian qui a remporté le titre de « l’homme le plus fort du monde » en 2011.

Convaincue ?

Le végétarisme fait maigrir

Pour cette idée-reçue, la réponse est un peu plus nuancée.

Oui le végétarisme peut engendrer une perte de poids. Souvent la transition vers le végétarisme s’accompagne d’un changement d’alimentation. Alors, les personnes consomment moins de produits transformés, moins de produits sucrés. Par conséquent, en limitant ce type d’apports, même en gardant une alimentation omnivore, il y aurait une perte de poids.

Le passage à un régime végétarien peut donc engendrer une perte de poids. Une autre explication pourrait être que la viande ou le poisson contiennent plus de lipides que les céréales ou les légumineuses.

Bien sûr tout est à nuancer, parce qu’en réalité chaque corps répond différemment à une alimentation nouvelle. Tout dépend de votre histoire, de votre parcours avec la nourriture, de ce que vous mangez, de votre morphologie…

Et c’est pour cela que la réponse à cette idée reçue peut être « non ». Personnellement je n’ai eu aucune perte de poids lors de mon premier passage à une alimentation végétarienne. Bien sûr mon cas n’est pas une généralité, il ne s’agit que d’un exemple.

EDIT du 9 Mars : Ce n’était pas le but de l’article initial, mais faire un rappel c’est toujours bon pour tout le monde. La vitamine B12 n’est pas disponible dans les végétaux. Même si les végétariens peuvent consommer des oeufs et des produits laitiers, la quantité de B12 n’est pas suffisante, il est donc important (tout comme dans une alimentation végane) de se supplémenter en vitamine B12. – A toutes fins utiles je rappelle que beaucoup de personnes qui suivent un régime alimentaire omnivore se supplémentent tous les jours à cause des carences, ce n’est donc pas une preuve de défaillance de l’alimentation végétale 😉

 

 

clichés sur le végétarisme

2 réponses sur “Quelques clichés sur le végétarisme”

  1. Sympa l’article clichés, on ne mange pas comme des lapins, c’est bien de le rappeler 😉
    Je te suis pour ce qui est des apports en protéines et acides aminés, mais il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas de source végétale de vitamine B12, et que les végétariens doivent donc en prendre pour éviter les carences.

    1. Eyh ! Merci pour ton message ! C’est vrai que le but de cet article n’étant pas à visé « nutritionnel » mais juste pour dire « non mais non, c’est bon les VG ne sont pas en PLS dans un coin tout chétif ! », je n’ai pas précisé pour la B12. Je vais le glisser dans l’article, ça ne mange pas de pain et c’est bien de le rappeler 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 9 =